Focus Italie DU SUD 2019-2021

Share

FOCUS SUD 2019-2021

Le projet naît à Catane pendant la conférence « Combien et quelle éducation financière ? Une analyse des comportements pour l’Italie » le projet : FOCUS SUD 2019-2021

La conférence se proposait l’objectif de présenter la situation italienne en termes d’éducation financière. Cette-ci a eu lieu au cours des initiatives de la World Investor Week 2018, parrainée par IOSCO (International Organization of Securities Commissions), association à laquelle adhèrent les autorités de surveillance d’une centaine de Pays, constituée en 1983 afin d’établir des standards rigoureux pour le fonctionnement des marchés mobiliers et des futures, mais aussi par la Région Sicile, par la Municipalité de Catane et par la Présidence des Chambres de Commerce de la Sicile Orientale.

Le retourne à Catane, après les conférences de Catane et Messine du 9-10 novembre 2017, dédiés à la normative Mifid2 et à la Tutelle de l’épargnant, témoigne l’effort de fait que la Global Thinking Foundation fournit en faveur des régions de l’Italie méridionale.

FOCUS SUD 2019-2021 regroupe une série d’activités éducatives qui auront lieu dans les Pouilles, en Basilicate, dans les Abruzzes, en Molise, en Calabre, en Campanie, en Sicile et en Sardaigne et il va traiter les thématiques d’Éducation Financière liés aux Objectifs d’économie durable de l’Agenda 2030 (ODD 4, 5, 8, 12). Le Projet s’adresse aux adultes entre 18 et 65 ans, en utilisant des matériaux imprimés et numériques de Global Thinking Foundation et des enseignants volontaires certifiés par AIEF (Associazione Italiana Educatori Finanziari).

Le Projet va se prévaloir de la collaboration stratégique avec FEDUF, la Fondation pour l’Éducation Financière et pour l’Épargne, et de l’expérience découlant de la participation aux groupes de travail de ASVIS, dont GLT Foundation est membre adhérent.

POURQUOI UN PROJET D’ÉDUCATION FINANCIERE POUR LE SUD ?

Dans l’actuelle phase de changement, une offre de nouveaux services financiers numériques permet aux femmes et aux hommes, de façon équitable, de gérer ses propres ressources, à travers la comparaison des produits et des relatifs bénéfices. L’investisseur est ainsi amené à se poser des questions, auxquelles il exige de donner des réponses concernant les risques et les cautèles qu’il faut appliquer lorsqu’on choix comment agir quotidiennement à niveau économique.
On pourrait considérer les critères ISR dans les choix d’investissement. Avant d’examiner la valoir des actions sur le marché, les investisseurs individuels, non seulement ceux qui disposent de ressources considérables mais aussi ceuxde détail, prennent de plus en plus en considération l’approche sociale et « green » des entreprises.
Dans la foulée de ces nouvelles, qui influent de manière positive pour augmenter et diffuser l’inclusion financière, comme les objectifs UFA 2020 (Universal Financial Access) que le Gouvernement italien a adopté, la dernière innovation est la blockchain, qui garantit sureté pour les clients et transparence des entreprises. L’inclusion est donc à la portée de tous, mais un click ne suffit pas.
En effet, les technologies digitales offrent des solutions convenantes pour atteindre l’inclusion, surtout dans le domaine financier : les paiements des frais de scolarité, les paiements directs, les assurances, les prêts, les programmes de protection sociale représentent seulement une partie des domaines où l’innovation numérique se traduit en épargne et en aide de fait à l’équilibre du bilan familiale.

No post was found with your current grid settings. You should verify if you have posts inside the current selected post type(s) and if the meta key filter is not too much restrictive.

Il s’agit d’une opportunité d’importance cruciale pour Global Thinking Foundation pour réduire le gap de compétences et connaissances économiques et financières, qui è encore trop élevé en Italie et surtout dans le sud du Pays.
Toutefois, afin d’obtenir des effets sur le développement économique italien, l’inclusion financière nécessite d’un élément très important, c’est-à-dire une connaissance financière adéquate et un niveau de base de compétences de « citoyenneté économique », qui aujourd’hui en Italie sont insuffisantes.

La littératie financière est un pivot fondamental pour le bienêtre social mais aussi pour le développement d’une société civile consciente et pour la stabilité économique de cette dernière.

Ce sont les raisons pour lesquelles l’éducation financière est indispensable pour l’atteinte d’une sureté adéquate avant et après la retraite. Le scénario parait meilleur seulement dans la génération entre les 25-30 ans dans les catégories sociales les plus aisées qui familiarisent avec les paiements dématérialisés et les activités bancaires de base. D’après le Rapport 2017 de la CONSOB (Commissione Nazionale per la società e la Borsa) sur les choix d’investissement des familles, un tiers de l’échantillon a eu des difficultés dans l’évaluation des risques qui dérivent des choix d’investissement. En plus, 40% d’entre eux surestime son propre niveau de connaissances, en produisant une situation d’over confidence qui qui amplifie de fait les effets de la crise bancaire qui vient de passer et l’exposition à des possibles fraudes. Légèrement moins de 25% de l’échantillon déclare d’avoir l’habitude à planifier et monitorer les objectifs atteints. Plus de 50% gère les entrées et les dépenses familiales à travers un budget, mais seulement le 13% d’entre eux le respecte et seulement 20% le contrôle soigneusement.
En plus de 60% des personnes interviewé déclare d’épargner de façon principalement régulière, par contre les restants ne sont pas à gré de le faire à cause des fortes limites de bilan voire car surendetté.
Il est évident que des comportements vertueux s’associent positivement à des compétences économiques e financières (soit effectives que perçu) et à un intérêt de fait dans les questions financières. Par contre ces comportements deviennent de moins en moins fréquents dans les individus les plus anxieux et sans une culture financière de base.
En général, on peut affirmer que le parcours que l’Italie a à faire est encore très long.

La première conséquence générée de ce scénario est une vrille des ressources économiques et professionnelles sur eux-mêmes. En effet, le plus on possède une culture financière suffisante, le plus on épargnera et la propension à participer aux marchés financiers en investissant avec une majeure conscience des risques pris augmentera aussi. En plus, ce type de compétences consentent de s’approcher plus rationnellement au surendettement et/ou vers des possibles choix, comme commencer une activité entrepreneuriale indépendante.
Ce sont donc la prudence et la prévoyance qui protègent les familles et leurs épargnes, grâce à la participation dans les choix du foyer, avec une perspective de planification familiale raisonnée.

À la lumière de toutes les raisons susmentionnées, la Fondation Global Thinking a mis en œuvre plusieurs initiatives et projets frontales, numériques et gratuites à disposition des adultes.
L’objectif est celui de permettre une majeure prise de conscience pour les familles et les femmes de leurs potentialités à niveau économique et financier, afin de réaliser leur projet de vie, d’affranchir les catégories les plus défavorisées des retombées dans l’assistanat public et dans le surendettement. Ainsi, on pourra accroitre un sentiment diffusé de responsabilité individuelle, favoriser la prise de conscience dans les choix d’investissement et combattre l’inculture financière.

L’effort des fondations et des associations privés de la société civile comme GLT Foundation, soit en Italie que dans les autres Pays G20, est mis en évidence grâce à un rôle renforcé de citoyenneté active à côté des municipalités. À niveau territoriale peuvent cette action peut s’intégrer aux efforts attendus du Gouvernement, qui a adopté une stratégie nationale pour l’éducation financière, déjà présente en plus de 60 Pays, de laquelle on s’attende beaucoup et à laquelle on demande un fonctionnement large soit dans la quantité que dans la qualité des actions mis en œuvre.
Des campagnes de sensibilisation au sujet des grands bénéfices collectifs sont donc nécessaires dans des actions spécifiques dans les écoles, à partir du collège, mais aussi dans les universités où le sens des notions basiques d’économie et finance ont été perdus.